Archives mensuelles: avril 2016

Savoir communiquer avec les Montréalais : un incontournable pour s’établir dans le marché

Astucieuses, ambitieuses et pleines d’initiatives, les entreprises qui choisissent de s’installer à l’étranger rencontrent de nombreux défis et des obstacles imprévisibles. Heureusement, des organisations comme Montréal International (MI) facilitent leur intégration. Moteur économique du Grand Montréal depuis maintenant 20 ans, MI attire la richesse en provenance de l’étranger, tout en accélérant la réussite de ses partenaires et de ses clients. De tous les défis des entreprises étrangères qui s’établissent dans notre belle ville, l’interdépendance des communications et des relations publiques avec la culture et les enjeux propres à Montréal se traduit en un fort besoin de soutien local. L’accompagnement d’une firme québécoise présente de nombreux avantages concrets pour appuyer la stratégie d’entrée sur le marché d’entreprises, toutes industries confondues.

Pour mieux comprendre le rôle des communications, de l’acceptabilité sociale, des relations publiques et gouvernementales dans l’intégration de votre organisation au marché du Grand Montréal, fiez-vous à des experts pour vous en montrer les rouages.

Comprendre la culture et la culture d’affaires

Pour développer des stratégies adaptées à un nouveau marché, il faut apprivoiser ses spécificités et comprendre ses subtilités. Connaitre les États-Unis ne suffit pas pour comprendre le marché canadien et les différentes cultures qui le composent. Parler l’une de nos deux langues officielles, ou même les deux, ne suffit pas non plus pour établir le dialogue.

Une organisation qui exporte ses activités a besoin d’être accompagnée dans ses démarches pour apprendre à communiquer de façon pertinente. Elle pourra mettre en valeur les caractéristiques qui la distinguent tout en évitant les pièges qui freineraient son déploiement économique et commercial.

S’adresser aux pouvoirs publics

Communiquer avec les décideurs politiques, les fonctionnaires et les élus prétend à un discernement judicieux des règles et des pratiques en vigueur pour être entendu, et ce, à tous les paliers de l’appareil gouvernemental ou auprès des institutions publiques. Pour les étrangers, notre système gouvernemental à trois paliers peut présenter des défis de compréhension des rôles de chacun et des moyens efficaces de communiquer.

Parler aux médias

Comprendre les médias étrangers nécessite temps, ressources et recherche. C’est rarement une priorité pour une entreprise de multiplier les efforts de relations publiques, mais ça demeure un moyen accessible, abordable et efficace de se faire remarquer. Pour comprendre les médias locaux, il faut en connaitre la langue, l’appartenance politique, le créneau de publication, le public cible, etc. Plus encore, les contacts avec les médias naissent de relations interpersonnelles construites au fil du temps, permettant de développer une confiance et d’établir des échanges profitables entre journalistes et administrateurs, gestionnaires ou autres. Partenaires, influenceurs, spécialistes, journalistes, chroniqueurs, éditorialistes, blogueurs, autant de vecteurs d’information et d’opinions avec lesquels il faut savoir composer pour obtenir une écoute adéquate.

Échanger avec la communauté

Certains projets et les enjeux qu’ils soulèvent exigent une fine connaissance du processus de consultation publique pour proposer une approche adéquate. L’arrivée d’une entreprise étrangère peut susciter un questionnement, une certaine rigidité de la part des particuliers.

L’importance de s’adresser aux pouvoirs publics et de créer des liens avec les médias locaux peut être prioritaire pour un entrepreneur qui veut s’installer dans le marché montréalais. Bien que l’émergence de ces relations soit porteuse, engager la communauté citadine dans votre projet d’entreprise, vos nouveaux voisins, contribuera au succès de votre installation à long terme. La tendance étant à la consommation de produits locaux, l’appui des gens d’ici aura d’autant plus de portée pour vos activités commerciales.

Développer son identité corporative

Intégrer un nouveau marché impose une gestion particulière des communications, tant à l’interne qu’à l’externe. Les principes et les meilleures pratiques en communication pour aborder les problématiques globales d’une organisation sont influencés par l’appartenance culturelle. Il appartient à l’entreprise étrangère de se plier aux mœurs locales et de se créer une réputation basée sur le contexte local.

Qu’elle vienne de près ou de loin, qu’elle partage la langue locale ou non, une organisation étrangère gagne à faire appel aux services d’une firme de communication et de relations publiques pour faciliter son intégration au marché. Un tel service externe lui permettra de comprendre les grands débats et les particularités de sa terre d’accueil et, du même coup, de ses clients et de ses partenaires potentiels. Pour réussir à l’international, une entreprise doit respecter les règles locales et mettre l’accent sur l’établissement de relations à long terme au sein du nouveau marché pour réellement prendre racine.

Montreal International communiquer

Email this to someoneShare on FacebookShare on LinkedInPin on PinterestTweet about this on TwitterShare on Google+

Les « 6 C » de la communication du changement, selon Octane Stratégies

Acquisition, fusion, déménagement, nouvelle règlementation, nouvelle technologie, nouveaux collègues, nouveaux produits, la gestion du changement prend du temps et nécessite une période d’adaptation, variable selon les individus et les circonstances. Une communication efficace, bien articulée et adaptée aux besoins de chacun permet de mieux vivre la transition et de trouver rapidement ses marques dans un nouvel environnement. L’approche Octane Stratégies rythme la communication du changement en six étapes : les « 6 C ». Visuel

Concevoir

La présence des professionnels de la communication dès la phase de conception d’une idée, d’un nouveau produit ou d’une marche à suivre au sein d’une entreprise favorise, à terme, l’adhésion. La richesse d’une équipe multidisciplinaire permet d’envisager les enthousiasmes mais aussi les résistances, les critiques, les questions et les incompréhensions. À cette étape, une écoute active et empathique permet au communicant de comprendre et d’anticiper toutes les réactions possibles et par le fait même, de développer des outils pertinents pour assurer l’adhésion du plus grand nombre et minimiser les risques de réactions négatives.

Comparer

Les changements sont partout, tant dans les slogans politiques que les réseaux sociaux, les moyens de communication, de transport, etc. Parce qu’aucune organisation n’est seule ni coupée de son environnement, il importe de comparer sa réalité à celle des autres. Lors qu’une organisation transforme son offre ou son fonctionnement, elle doit savoir évaluer où elle se situe par rapport au marché, à son industrie, à ses concurrents, etc. Cet exercice de comparaison permettra de valider si cette transformation est unique et porteuse d’un avantage concurrentiel, si elle ne consiste qu’en un ajustement général adopté par les autres acteurs de son industrie et tirer des enseignements des bons et moins bons coups de ses partenaires et de ses concurrents.

Communiquer

Si la communication est l’objet de l’ensemble de cette approche, il faut bien choisir la séquence, les contenus et pour se mettre en action et communiquer. Le plan doit prévoir la cascade d’information en respectant une certaine hiérarchie. On pense spontanément aux gestionnaires qui doivent être les premiers informés, puisqu’ils devront répondre aux questions et offrir des compléments d’information aux membres des équipes sous leur responsabilité, mais cela s’applique de la même façon pour les agents de service à la clientèle vis-à-vis des clients. Toute transformation génère des questions et le simple fait de créer les conditions favorables à une discussion positive en offrant des réponses diminue la résistance au changement.

Confirmer

Dans l’acheminement d’un message, il importe toujours de prendre en considération l’interprétation, la perception de l’interlocuteur. Après avoir communiqué une information, il demeure donc essentiel de confirmer la compréhension du changement et les effets qu’il entraine. Cela permet de modifier votre approche au besoin et d’améliorer constamment vos communications dans le futur ou avec d’autres publics. Une personne désinformée représente un enjeu puisqu’elle peut diffuser ce message mal compris et ainsi répandre une fausse vérité.

Conscientiser

L’être humain est doté d’une faculté inestimable : la raison. Parce que nos interlocuteurs ont aussi un rôle à jouer (changement de comportement, prescripteur), il importe également de les conscientiser sur l’effet de leurs actions. Dans ce contexte, il prévaut de démontrer et faire valoir les raisons qui amènent à cette transformation, et en quoi elle représente la seule – ou la meilleure – solution possible. Les changements amènent les gens à se questionner, à réfléchir, et il appartient au communicant de lui présenter les fondements de cette nouvelle réalité qui lui est imposée.

Conforter

Étape trio souvent négligée en gestion du changement : il faut conforter nos interlocuteurs qui ont effectivement adopté le changement préconisés. Il réside ici une occasion de montrer de l’empathie envers ceux et celles qui se voient contraint à un changement, de préserver la relation et de transformer ce changement en opportunité pour fidéliser le client ou engager encore davantage l’employé. Ce qui représente non seulement une bonne pratique de communication mais aussi qui pose des bases solides pour faciliter l’implantation des prochains changements.

Une communication efficace et complète des changements est essentielle afin que le plus grand nombre les comprennent, y adhèrent et s’en fassent les ambassadeurs. Que vous perceviez la réaction à un changement comme positive ou négative, rappelez-vous qu’il sera toujours préférable de bien le communiquer pour en tirer les meilleurs résultats.

Email this to someoneShare on FacebookShare on LinkedInPin on PinterestTweet about this on TwitterShare on Google+