Archives annuelles : 2016

Jean-Pierre Charbonneau se joint à l’équipe d’Octane Stratégies

L’équipe d’Octane Stratégies est heureuse d’accueillir Jean-Pierre Charbonneau dans ses rangs à titre de conseiller spécial, éthique et affaires gouvernementales. Réputé pour ses analyses et son talent de vulgarisateur, il mettra toute son expertise et son expérience au service des clients de la firme en tant que consultant, conférencier ou animateur.

Daniel Charron, associé directeur chez Octane Stratégies, souligne que « le parcours professionnel de M. Charbonneau déborde de riches expériences sur la scène politique québécoise et son arrivée dans l’équipe nous permettra d’approfondir encore la gamme de conseils offerte à nos clients. Sa connaissance des milieux politique et journalistique ainsi que des rouages du système contribuera à sophistiquer encore plus notre approche. Sa passion nous anime déjà et nous sommes ravis d’entamer avec lui une collaboration placée sous le signe de la profondeur et de la pertinence. »

De son côté, Jean-Pierre Charbonneau, ajoute que « de rejoindre les rangs d’Octane Stratégies signifie pour moi de me greffer à une équipe multidisciplinaire et étoffée de professionnels émérites avec qui je partage une passion pour les affaires publiques et la communication entre la société civile, les organisations et les institutions publiques. C’est avec beaucoup d’enthousiasme et d’idées que je me joins à ce groupe et je pressens déjà la naissance d’une synergie constructive. »

Jean-Pierre Charbonneau rejoint Marguerite Blais (communicatrice, conférencière, ancienne députée et ministre notamment responsable du portefeuille des aînés) et le Dr Yves Lamontagne (consultant et conférencier, ancien président du collège des médecins) dans l’équipe des conseillers spéciaux d’Octane Stratégies, contribuant à étoffer l’expertise de pointe de la firme.

À propos de Jean-Pierre Charbonneau

 Criminologue de formation, Jean-Pierre Charbonneau a d’abord été journaliste d’enquête sur le crime organisé et la corruption pour deux grands quotidiens, Le Devoir et La Presse, avant de devenir député en 1976. Au cours de ses 25 ans de carrière politique qui s’est terminée en 2006, il a notamment été adjoint parlementaire du premier ministre René Lévesque, président de l’Assemblée nationale du Québec, ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes et ministre de la Réforme des institutions démocratiques.

Jean-Pierre Charbonneau est devenu par la suite analyste politique pour la populaire émission Le Club des Ex au Réseau de l’information de la télévision de Radio-Canada ainsi que commentateur, conférencier et conseiller stratégique pour diverses organisations. Ses analyses et son talent de vulgarisateur, notamment sur des questions d’éthique, de leadership, d’affaires publiques, de criminalité organisée et de coopération internationale sont très prisés.

Jean-Pierre Charbonneau est membre du conseil d’administration d’Oxfam-Québec, du Groupe Femmes, Politique et Démocratie (GFPD) et de la Fondation de la Maison amérindienne de Mont-Saint-Hilaire. Il préside aussi le conseil d’administration de Développement, Expertise et Solidarité internationale (DESI), en plus d’être ambassadeur du Projet PhiloJeunes de la Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la Justice et de la Société démocratique. Il collabore également avec l’Institut d’éthique appliquée de l’Université Laval en plus d’être conseiller stratégique pour l’Institut de la confiance dans les organisations (ICO) et le Mouvement pour une Nouvelle Démocratie (MDN). Il est aussi formateur sur les systèmes politique et électoral du Québec pour l’Institut québécois d’affaires publiques.

Email this to someoneShare on FacebookShare on LinkedInPin on PinterestTweet about this on TwitterShare on Google+

Joyeuses fêtes et bonne année 2017

Parce que les fêtes riment avec féérie et doux bonheurs… mais aussi avec son lot de situations cocasses, l’équipe d’Octane Stratégies vous présente son Bingo des malaises de Noël… à prendre avec un grain de sel.

Cliquez sur l’image pour la voir en grand format.

Carte

Email this to someoneShare on FacebookShare on LinkedInPin on PinterestTweet about this on TwitterShare on Google+

50 nuances de gris, une conférence de Marguerite Blais et le Dr Yves Lamontagne

Octane Stratégies organise une conférence exclusive avec deux de ses conseillers spéciaux, Marguerite Blais et le Dr Yves Lamontagne, sur le thème 50 nuances de gris – Comprendre la diversité des aînés pour mieux communiquer.

Réservation obligatoire. Le nombre de places limité. 

Pour vous inscrire, veuillez écrire à info@octanestrategies.com en précisant votre nom et celui de votre organisation, votre téléphone et votre courriel.

Vous pouvez télécharger l’invitation en format pdf en cliquant ICI ou la consulter en ligne.

Invitation à la conférence de Marguerite Blais et du Dr Yves Lamontagne

Invitation à la conférence de Marguerite Blais et du Dr Yves Lamontagne

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on LinkedInPin on PinterestTweet about this on TwitterShare on Google+

Marijuana : le Québec laissera-t-il passer le train?

Ce texte de Caroline Lavoie a également été publié par le Huffington Post.Marijuana

D’accord ou pas, on peut saluer la récente prise de position de la Direction régionale de la santé publique de Montréal sur les modèles de commercialisation de la marijuana récréative. Celle-ci a le grand mérite de lancer le débat. Car malgré le nombre croissant d’articles parus sur le sujet, il est étonnant de constater que ce qui devrait être un dossier chaud n’attire jusqu’à maintenant qu’une attention anecdotique au Québec.

Un débat public qui se fait attendre

La légalisation de la marijuana à des fins récréatives amènera des changements sociaux et économiques importants, mais la discussion au Québec tarde à démarrer, contrairement à ce qui se passe dans plusieurs provinces.

Au-delà de l’attention médiatique où quelques articles de fond côtoient beaucoup trop d’articles sur les accidents de chihuahas et autres sujets triviaux reflètent l’avancement du débat public. En effet, en parlant à plusieurs acteurs de cette industrie en devenir, on se rend compte que la réflexion sectorielle québécoise est à peine commencée.

Même posture d’attente du côté politique. Contrairement au Nouveau-Brunswick, qui a créé un comité pour l’étude de ce dossier, à l’Ontario où la première ministre Kathleen Wynne a exprimé clairement sa préférence pour une distribution nationalisée par le réseau de la LCBO, et à la Colombie-Britannique où les villes mettent en place des cadres réglementaires pour contrôler et régulariser le statut de la légion de dispensaires ayant pignon sur rue, les leaders québécois sont jusqu’ici restés cois.

Pourtant, les questions ne manquent pas, ni les possibilités de façonner un système où tout est à construire.

Serait-ce que la discussion se déroule derrière les portes closes? Rares sont les inscrits au registre des lobbyistes du Québec sur ce dossier. Les discussions ont d’abord lieu au niveau fédéral? Oui. Mais plusieurs facettes du dossier, notamment les enjeux commerciaux, sont de juridiction provinciale et, à ce titre, le registre des lobbyistes ontarien demeure beaucoup plus densément peuplé.

Le Québec : grand absent d’une industrie florissante

Le Québec brille également par son absence dans le marché lui-même avec un seul producteur de marijuana médicale autorisé par Santé Canada. Pour leur part, l’Ontario en compte 20 et la Colombie-Britannique, huit.

Ce phénomène est plutôt curieux étant donné l’importance du bassin de consommateurs au Québec, la tolérance sociale face à la consommation dans les lieux publics et celle du système de justice par rapport à la consommation et à la possession simple.

Règles de divulgation financière trop strictes par rapport à l’Ontario? Influence du crime organisé? Adoption plus lente qu’ailleurs de l’usage médical du cannabis par le Collège des médecins?

On peut supposer qu’un ensemble de facteurs contribue à ce lent démarrage. Chose certaine, une industrie très lucrative est en émergence qui touchera, de près ou de loin, tout le monde – consommateurs, cultivateurs, distributeurs, enseignants, employeurs, forces de l’ordre, personnel du milieu de la santé, etc. Une industrie estimée à 10 milliards de dollars par plusieurs.

Bruce Linton, PDG de Canopy Growth, sans doute le plus important producteur autorisé de marijuana médicale au Canada, soulignait en conférence à Ottawa la semaine dernière que cette estimation ne comprend que les produits et sous-produits de la marijuana existant déjà. Selon lui, de nouveaux liquides et produits comestibles gonfleront la taille de l’industrie, tout comme les revenus d’exportation que le Canada pourra engranger grâce à sa position de chef de file dans le marché mondial du cannabis.

Et le Québec n’est pas dans la course. Pas encore du moins.

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on LinkedInPin on PinterestTweet about this on TwitterShare on Google+

Menu chargé pour la rentrée parlementaire

Avant même le retour de nos élus en chambre, on voit émerger les sujets chauds de l’automne. Le meilleur moyen pour les organisations de bien préparer leurs relations gouvernementales, c’est de suivre les dossiers qui les concernent et d’être à l’affut de l’actualité. Voici un clin d’oeil sur ce que mijotent nos deux premiers ministres pour l’automne…

Sur la scène québécoise

salonbleuLa rentrée parlementaire à l’Assemblée nationale aura lieu le 20 septembre. Le gouvernement Couillard entame sa troisième année au pouvoir, ce qui signifie que le gouvernement se mettra bientôt en mode préélectoral. Les projets de loi contestés se feront de plus en plus rares pour laisser place à des annonces qui auront des retombées positives sur le gouvernement. Cela étant dit, malgré le calme dans les activités législatives, certains sujets dans l’actualité politique retiendront l’attention des parlementaires. L’équipe d’Octane Stratégies a ciblé quelques sujets.

Un grand remaniement ministériel – Depuis l’élection du premier ministre Couillard en 2014, aucun grand remaniement ministériel n’a été fait. Philippe Couillard a brassé les dés de son équipe ministérielle à plusieurs reprises (à cause des nombreuses démissions), mais sans aucun changement majeur. Nous pouvons donc nous attendre à un remaniement ministériel qui permettra d’amener de nouveaux visages au conseil des ministres et un vent de fraicheur. 

Uber et l’industrie du taxi – Rappelons qu’à la fin de la dernière session parlementaire, l’ancien ministre des Transports, Jacques Daoust, avait fait adopter sous bâillon un projet de loi visant à règlementer le transport de personnes. Le nouveau ministre Laurent Lessard a finalement conclu une entente avec Uber. Cela étant dit, cette entente ne fait pas l’unanimité dans l’industrie du taxi. Le ministre Lessard sera-t-il en mesure de calmer le jeu et d’arriver (enfin) à un consensus ?

Les transferts fédéraux en santé – Le ministre de la Santé a déjà revêtu son armure de guerre si l’on en croit ses durs propos à l’endroit du gouvernement Trudeau sur l’épineuse question des transferts fédéraux en santé. L’ancienne entente arrive à échéance et, avec l’augmentation des frais des services médicaux et le vieillissement de la population, il est clair que le gouvernement du Québec veut beaucoup plus que le maintien du statu quo pour l’avenir. Les partis d’opposition ne lâcheront pas le gouvernement sur cet enjeu épineux. 

L’île d’Anticosti – L’exploitation pétrolière sur l’île d’Anticosti demeurera dans l’actualité cet automne, et ce, même en absence de forage. Rappelons que le premier ministre s’est opposé au projet, lors de la conférence de Paris et qu’il y a quelques semaines le PDG de Pétrolia a remis sa démission en dénonçant « l’hostilité de son partenaire gouvernemental ». Assistera-t-on, cet automne, à la conclusion de ce dossier qui perdure  ?

Le salaire minimum à 15 $ – Mouvement issu de la société civile, d’abord aux États-Unis, la question du salaire minimum à 15 $ a soulevé plusieurs réactions chez les parlementaires. Le premier ministre a par ailleurs mentionné qu’il ne s’y est pas opposé fermement. Les oppositions ont également réagi sur cette question. Avec l’annonce de l’Alberta et la tenue d’un Sommet sur la main d’oeuvre en novembre, le sujet sera sur la table de nos parlementaires durant la prochaine session et… probablement débattu pendant encore plusieurs années.

Le renouvellement de la politique culturelle du Québec – Après une tournée de consultation publique qui s’est déroulée cet été, nul doute que le développement de la nouvelle politique culturelle du Québec va rester au coeur des préoccupations en attendant son dépôt et les débats qui s’en suivront. 

Le seuil acceptable en immigration – Déjà débattue en commission parlementaire, la nouvelle proposition de la ministre de l’Immigration sur le seuil acceptable en immigration deviendra sans aucun doute un sujet chaud si l’on se fie aux récents propos du chef de la CAQ, François Legault.

Le dossier Rona – Il est aussi certain que les dessous de la vente de Rona à des intérêts américains, notamment les rôles joués par l’ancien ministre Daoust et par le premier ministre Couillard, reviendront dans l’actualité pendant un bon bout de temps encore.

La course à la chefferie du Parti québécois – Les partisans du Parti québécois éliront leur nouveau chef le 7 octobre. Les candidats restants dans la course sont : Alexandre Cloutier, Jean-François Lisée, Martine Ouellet et Paul Saint-Pierre Plamondon. Le suspense reste entier alors qu’on se demande si Alexandre Cloutier est toujours le favori et à qui ira le soutien des partisans de Véronique Hivon

Et encore plus – En plus de ces sujets, il y aura fort probablement un projet de loi qui sera déposé sur l’encadrement des chiens dangereux, un projet de loi sur la modernisation du Code de la sécurité routière pour améliorer la sécurité des cyclistes, les négociations en vue du renouvellement de la convention collective dans les CPE et le dépôt d’une stratégie sur l’agroalimentaire qui était déjà prévu dans le dernier budget.

Sur la scène canadienne

La rentrée parlementparlementaire à la Chambre des communes du Canada aura lieu le 19 septembre. Cet automne, tous les regards se tourneront vers nos voisins du Sud qui éliront leur 45e président. Le résultat de l’élection américaine aura, sans nul doute, une incidence sur les relations économiques entre le Canada et les États-Unis. La nouvelle session parlementaire du gouvernement viendra clore la première année au pouvoir de Justin Trudeau, qui a été marquée par la tenue de plusieurs consultations publiques, mais très peu de décisions. Ce sera donc l’automne des décisions pour le premier ministre du Canada. L’équipe d’Octane Stratégies a retenu quelques sujets.

Le budget fédéral – Dans les coulisses du gouvernement, les ministres et leurs conseillers politiques seront fortement préoccupés par le prochain budget Morneau. La dernière année du gouvernement a été ponctuée par la mise en place de plusieurs chantiers de consultation. Les attentes demeurent élevées et la croissance économique du Canada est faible. Le gouvernement devra faire des choix. Quels sont les ministres dont l’enveloppe budgétaire leur donnera les moyens de leurs ambitions ?

La relation du Canada avec les provinces et les territoires – Depuis le début de son mandat, Justin Trudeau ne cesse de réitérer qu’il souhaite entretenir de bonnes relations avec les provinces, les territoires et les peuples autochtones. Cela étant dit, certains dossiers seront plus difficiles que d’autres, comme celui des transferts fédéraux en santé. À cette heure-ci, plusieurs provinces réclament des engagements pour une hausse de ceux-ci. L’harmonie perdurera-t-elle ? 

La légalisation de la marijuana – Le gouvernement Trudeau compte tenir sa promesse électorale de légaliser la marijuana au Canada. Cette promesse peut paraître très simple, mais son application demeure plus complexe dans la réalité, notamment en ce qui a trait au contrôle de son accessibilité et aux questions de santé publique. Plusieurs organisations devront y réfléchir et se positionner dans ce débat qui sera probablement déclenché cet automne à la suite de la publication du rapport du Groupe de travail sur la légalisation de la marijuana. Un projet de loi devrait suivre.

La nouvelle entente sur le bois d’œuvre – Le gouvernement canadien est encore en discussion avec le gouvernement américain concernant la mise en place d’un accord de libre-échange ou d’un régime de quotas plus souple pour l’industrie du bois d’œuvre. On rapporte qu’une entente devrait être signée d’ici le mois d’octobre, mais il n’en demeure pas moins que les discussions seront difficiles. D’autant plus que les élections américaines se terminent en novembre et pourraient entrainer un changement de cap chez nos voisins américains.

Accord économique et commercial global avec l’Union européenne – Les négociations pour un accord de libre-échange entre le Canada et l’UE ont démarré il y a sept ans. L’accord devrait être ratifié le 27 octobre prochain à Bruxelles lors du prochain sommet Canada-UE, mais beaucoup reste à faire d’ici là. D’ailleurs, le gouvernement a récemment nommé l’ancien ministre libéral Pierre Pettigrew pour faciliter la ratification de l’accord le plus rapidement possible. Le récent « Brexit » et les élections dans certains pays de l’UE, qui seront déclenchées au cours de la prochaine année, pourraient restreindre les chances de mettre en œuvre cet accord rapidement pour le Canada. Le gouvernement Trudeau arrivera-t-il à saisir cette fenêtre d’opportunité ?

Le partenariat transpacifique – Entériné par l’ancien premier ministre, Steven Harper, le Partenariat transpacifique est menacé par l’élection américaine et la position des deux candidats. Obama espère le faire adopter par le Congrès avant l’arrivée du nouveau président des États-Unis. Du côté du gouvernement Trudeau, on ne s’est toujours pas prononcé sur cet accord, et le gouvernement devrait compléter ses consultations sur cette question cet automne.  C’est à suivre.

Les contenus canadiens dans un monde numérique – Dans la foulée des nombreux chantiers de consultation, le ministère du Patrimoine canadien vient de lancer une réflexion sur la création et la culture comme moteurs de l’innovation et une composante de l’économie canadienne. Parmi les éléments qui y seront étudiés, soulignons la mission des institutions comme Radio-Canada et le Conseil des arts du Canada, le cadre législatif, les politiques et règlements et les mesures de soutien financiers. 

Et encore plus – Outre toutes ces thématiques, nous parlerons également des investissements en infrastructures, de la lutte contre les changements climatiques (fixation des prix du carbone), de la commission sur la disparition des femmes autochtones, de la réforme électorale et, en particulier, du changement de mode de scrutin ainsi que des potentiels accords de libre-échange avec la Chine ou avec le Japon. On peut ajouter également l’attention qui sera accordée à la lutte antiterroriste et au retour du Canada dans les missions de maintien de la paix des Casques bleus de l’ONU.

À suivre également les courses à la chefferie du NPD et du Parti conservateur.

Bonne rentrée  !

Email this to someoneShare on FacebookShare on LinkedInPin on PinterestTweet about this on TwitterShare on Google+